https.not.supported

20 novembre 2019

Collab’ alinea x Camille Drozdz

- A la rencontre de Camille -

alinea soutient la jeune création et dévoile deux nouvelles collaborations à l’occasion du lancement de sa collection hiver 2019. Parce que révéler ces talents qui demain dessineront nos quotidiens est au cœur de nos convictions, alinea rencontre Camille Drozdz et Eugénie Mesquita, qui incarnent cette jeune garde de la création française.
Deux créatrices passionnées et curieuses, aux inspirations communes, qui partagent une même vision, celle d’un design réfléchi, délicat et abordable qui accompagne avec sens et émotion le quotidien. Un design qui résonne avec les valeurs d’alinea.

Nous sommes allés à la rencontre de Camille, à la Ciotat, dans son atelier foisonnant de collections exposées et idées en jachère, pour capter ce qui anime la jeune créatrice. Elle nous reçoit avec chaleur, une chaleur qui va au-delà de celle du four qui finit la cuisson de ses dernières créations. Elle partage avec générosité et simplicité sa vision du design, sa passion pour la céramique, ses idéaux pour demain, sa rencontre avec alinea et les origines de cette délicate collection capsule.

Quelques mots pour te définir

Curieuse et déterminée

Si tu étais…

Un endroit

Un bord de mer du Nord

Un objet

Un pot à compost (un objet dans lequel il se passe des choses)

Une forme

Un rond pas parfait. J’aime l’idée qu’il peut se passer plein de choses mais, qu’il y ait quand même une logique. Je suis rassurée par l’idée du cycle, d’une fluidité, sans angle, sans accroche.

Un courant de style

Un mélange assez drôle entre le fonctionnalisme danois qui me fascine avec une touche ludique à la « Memphis », moins froid, plus léger.

La céramique est un moyen de mettre en formes mes idées.

Plûtot…

Designer ou céramiste ?

Définitivement designer. Ma passion est d’imaginer des objets pour le quotidien. La céramique est un moyen de mettre en formes mes idées.

Rigueur ou fantaisie ?

Spontanément, j’aurais envie de dire « fantaisie » mais, ce n’est pas vrai. La céramique impose de la rigueur. Le processus global est long et la matière est capricieuse. Le céramiste doit accepter la sérendipité, il doit laisser agir la matière mais contrôler son champ d’action.

Nord ou Sud ?

Nord [sans hésitation]. J’ai grandi dans le nord de la France et me reconnais plus dans sa « culture ». J’ai adoré vivre au Danemark où je me suis sentie à ma place. J’adore vivre dans le Sud mais je ressens un confort émotionnel dans le Nord, le frais, le froid. Je suis amoureuse du Nord.

Ton inspiration au quotidien ?

Mes inspirations proviennent de ce qui nous entoure : une conversation, une balade, une couleur… Des choses assez simples.

Ton icône / idole ?

Je m’inspire beaucoup de Charlotte Perriand, designer qui a travaillé aux côtés de Le Corbusier. Pour plein de raisons. D’abord, pour le design. Les concepts qu’elle a proposés étaient très intéressants. Mais également, pour la place qu’elle s’est autorisée à prendre en tant que femme dans le monde du design.

Ton rêve caché ?

Je rêve qu’un jour, on soit tous aussi sensibles à l’environnement et que l’on puisse tous partir dans la même direction. J’entends l’environnement au sens large, la Terre ou la Nature mais aussi, le « vivre ensemble ». Un monde dans lequel il y aurait plus de bienveillance pour la planète ou pour les gens qui nous entourent. Que l’on reparte du bon pied…

Le fruit d’une jolie rencontre entre l’artisanat et le design industriel.

Pourquoi...

Le design ?

Parce que j’aime imaginer des objets du quotidien qui nous accompagnent dans nos vies, nos petits moments, nos petits rituels.

La céramique ?

La céramique est, pour moi, comme un médium en arts qui me permet de travailler avec mon éthique de vie globale (maitrise autonome du processus de création : choix des matières et de leur provenance, économie d’eau, recyclage de matières, etc.). La céramique est surtout un formidable terrain de jeux.

Une collection déco - art de la table ?

La base de la céramique traditionnelle est l’art de la table. En tous cas, dans l’imaginaire commun. Alors, cette collection est ainsi spontanément née. Puis, nous l’avons étoffée d’objets déco.

Si on te dit

La matière, tu réponds :

Céramique, évidemment.

Le Sud :

Les Calanques, la nature. Ma grande découverte lorsque je suis arrivée dans la région. J’en suis tombée amoureuse.

La déco :

Terrain de jeu

alinea :

Sensibilité (i.e. : Camille évoque ici, avec nous, le caractère humain de l’entreprise pour qui elle a eu l’occasion de travailler d’abord en son sein puis en collaboration).

Peux-tu nous raconter la rencontre avec alinea ?

L’équipe du bureau de Design et de Style d’alinea, au sein duquel j’avais travaillé il y a quelques années, m’a recontactée pour me proposer une collaboration. J’ai tout de suite trouvé intéressant de pouvoir œuvrer, en tant que jeune artisan, pour une collection dont la production est à plus grand échelle. Et finalement, j’ai conçu, avec une grande liberté, cette capsule comme un clin d’œil à certains codes identitaires du design. Cette collection révise les codes d’icônes de l’industrie, elle est un hommage à l’esprit de la gamme camping de Tupperware. Les pièces, ludiques et réversibles, convoquent des souvenirs et visent à remplir une mission. C’est ma vision contemporaine de l’objet et de l’époque dans laquelle il s’inscrit qui m’a conduit à cette proposition revisitée en céramique, et ce jeu de matières - faisant contraster terre brute et émail - exprime une dualité moderne.

C’est ma vision contemporaine de l’objet et de l’époque dans laquelle il s’inscrit qui m’a conduit à cette proposition revisitée en céramique.

Si la collection alinea x Camille Drozdz devait se conter en quelques mots…

Le fruit d’une jolie rencontre entre l’artisanat et le design industriel.

Et dans 10 ans… ?

Je ne me vois pas spécialement quelque part dans 10 ans. Mais j’adore l’idée de ne rien attendre même si ça ne m’empêche pas de provoquer les choses. Selon moi, on réussit sa vie quand on se retourne et que l’on ne regrette rien. Et je pense que la pire des façons serait d’attendre quelque chose qui n’arrive jamais. Ce sont de belles surprises qui font la vie.
Néanmoins, nous aimerions faire grandir notre agence de design ICI l’atelier en proposant nos idées à un grand nombre de clients aux univers variés, puis les réaliser. Nous avons déjà eu la chance, par exemple, de dessiner, puis réaliser, un ensemble de pièces sur-mesure en porcelaine pour l’établissement de Stéphanie Lequellec, cheffe étoilée… Et nous ne comptons pas en rester là !

> A lire également :
"collab’ alinea x Eugénie Mesquita"

nous contacter : 0 969 323 551